Controverse sur le hand spinner

polémique classe handspinner

Polémiques autour de l’utilisation du handspinner

Voilà maintenant quelques mois que les discussions autour de l’utilisation du handspinner dans les lieux publics se multiplient. En effet, les propriétés distrayantes de l’objet sont considérés comme dangereuses dans certains cas. Depuis sa sortie, beaucoup de personnes ont du mal à se passer de ce jouet. Dans une salle d’attente, assis chez soi dans son canapé ou dans des situations plus insolites, le fidget est partout. Au volant par exemple ou dans une salle de classe, les utilisateurs de hand spinner ne démordent pas. Face à cela, les voix montent, en particulier du côté de l’enseignement où de plus en plus d’élèves voient leurs fidgets, confisqués par les professeurs. Se posent alors les questions suivantes : Cette polémique autour de l’utilisation des fidgets spinner tient-elle ? Et jusqu’où peut-elle aller ?

Les handspinner source de distraction et non de concentration

De nombreuses personnes ont commencé à faire entendre leur voix contre l’utilisation des fidgets dans certains lieux publics. La polémique a débuté dans un collège aux Etats Unis où un professeur s’est mis à se plaindre quant au manque de concentration généré par lesdits objets. En effet, les étudiants, au lieu de se focaliser sur leurs cours, étaient occupés à faire tournoyer leur fidget. Si cet argument semble tenir la route, on comprend moins le fait que l’objet soit totalement interdit dans l’ensemble de l’enceinte d’un collège. Si l’étudiant a besoin de toutes ses mains pour travailler et maximiser son attention sur ce qui se passe en cours, lors des pauses, le fidget semble être une bonne activité pour passer le temps. Des situations plus compréhensibles surviennent, notamment lorsque l’opinion publique pousse une grogne contre l’utilisation d’un handspinner alors qu’on conduit. Effectivement, ce genre d’imprudence peut engendrer de graves conséquences. Le conducteur doit absolument consacrer toute son attention au maniement de son véhicule afin d’éviter les accidents.

Que dit la loi ?

Le code de la route stipule clairement que le conducteur « doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent ». Se retrouver avec une main occupée à autre chose que conduire est non seulement dangereux mais également illégal. Un tel acte est effectivement classé contravention de 2ème classe. Il est de ce fait passible d’une amende de 35 euros. La loi est beaucoup plus subtile quant à l’interdiction d’utilisation dans les écoles. En effet, les établissements sont souverains dans l’édiction de leur règlement intérieur. De ce fait, les professeurs sont libres de bannir les handspinner de leurs cours. Notez toute fois que le fidget, n’étant pas classé dans la catégorie des produits dangereux ne peuvent faire l’objet de sanctions extrêmes. La confiscation est donc exclue comme indiqué dans l’article R.511-13 du code de l’éducation.

Quoiqu’on en dise, le fidget spinner a très vite pris le statu d’objet indispensable. Le supprimer de la vie de ses utilisateurs est impensable dans la mesure où ce petit objet constitue une aide sans pareil dans la gestion du stress et pour accroitre la concentration. Il faut cependant mettre l’accent sur le fait qu’un tel objet ne peut être utilisé n’importe où, à n’importe quel moment. Si ses vertus sont incontestable, il peut également être source de gêne pour autrui et peut dans l’extrême causer de graves accidents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *